Une dictature rampante qui rappelle
les pires livres science-fiction

Le sort réservé à François Asselineau dans les médias,
le malaise resenti par les Français et leurs gouvernants
aboutissent immanquablement à ce sentiment de vivre en dictature.

Que vive le débat d'idées !

Pour écarter 6 candidats du débat républicain, ON en fait des « petits candidats » voire des « candidats pas sérieux ». Qu’on laisse les Français en juger ! Je veux voir François Asselineau face à ses contradicteurs qu’ils soient pour ou contre la sortie de l’Europe de l'Euro et de l'OTAN. Je veux connaitre leur avis sur le fond, sur la méthode, sur les risques inhérents aux décisions proposées par le leader de l'UPR.

Laissons François Asselineau s'exprimer !

Je voudrais que les candidats à l'élection présidentielle utilisent la même rhétorique que celle de François Asselioneau pour me démontrer qu'il se trompe. Sur quoi basent-ils leur argumentaire ? De quel fait historique leur position est-elle la continuité ? Quelle méthode vont-il utiliser pour faire valoir le point de vue de la France en Europe et dans le monde? Quelles sont leurs chances objectives de réussir ?

Peut-on refuser à un candidat de confronter ses idées à celles des autres candidats ? Dans une démocratie, peut-on interdire l'accès à ses sources ?

La dictature rampante

Cela me rappelle furieusement des livres de politique fiction comme "1984" ou "Le meilleur des mondes" ou "Ravage". Et je ne peux m'empêcher de penser à "Matin brun".

Candidat sérieux ou pas sérieux

Mais qui sont les journalistes pour décider à la place des Français quel candidat est sérieux ou pas sérieux ?

On prétend écarter en la personne de François Asselineau un candidat pas sérieux. Mais qui l'est plus que lui ? Ne laisse-t-on pas s’exprimer des candidats beaucoup moins sérieux que lui ? Ne fabrique-t-on pas de toute pièce un candidat qui n’a pas la légitimité des urnes et qu’on érige en idéal ? Au nom de quoi ?

Une mise à l'écart indigne

Le vrai problème à mon sens c’est que François Asselineau fait peur. C’est un érudit, d’une intelligence hors norme. Il n’a fait qu’une bouchée des journalistes les plus « impertinents » qui ont accepté de l’inviter depuis qu'il a réuni 500 parainages. Ceux qui le tournent en dérision ne le font pas en face mais quand il est absent. N'est-ce pas un aveu d'échec ?

Si ce n'est pas une preuve que les convictions de François Asselineau sont les bonnes, n'est-ce pas au moins la démonstration que sa mise à l’écart est indigne ?

Si vous souhaitez réagir, vous êtes les bienvenus !

Article mis en ligne le 20/02/17 et mis à jour le 22/03/2017 et le 24/03/17


Vous souhaitez partager ce blog sur vos réseaux sociaux, ces boutons sont sans tracking :



Twitter Google +

Mentions légales - Nous contacter par mail -